Project Description

Pour accompagner le lancement de sa nouvelle offre de conseil en stratégie auprès des directions générales, Vertuo vous invite tout l’été à découvrir chaque jeudi un nouvel épisode de sa série dédiée à l’Open Banking et à la plateformisation des services financiers traditionnellement proposés par les banquiers & assureurs.

Quatrième épisode de notre feuilleton de l’été consacré à la banque de demain, nous nous concentrons aujourd’hui sur les opportunités offertes par les plates-formes pour élargir le panel de produits & services permettant d’adresser pleinement la question du financement de la transition énergétique et entrer dans l’ère de la finance verte.


« Le secteur financier a tout à gagner à s’approprier dès maintenant les enjeux de la transition énergétique et écologique pour contribuer à construire un monde plus stable, solidaire et durable » – Nicolas Hulot(1)

L’ère contemporaine est à l’aube de transformations socioéconomiques profondes, animées par les dynamiques des transitions numérique et énergétique et structurées par les relations complexes qui existent entre ces deux processus

La transition numérique résulte de l’innovation technologique dans les domaines de l’informatique, l’électronique et des télécommunications. L’expansion d’Internet notamment a permis d’une part d’accélérer l’accès à l’information, induisant mécaniquement la recherche d’un traitement des données toujours plus efficace. D’autre part, elle a permis de faire émerger des plateformes offrant un accès plus performant à des services et qui ont transformé certains secteurs d’activités, tels que le secteur bancaire avec l’émergence des banques en lignes.

La transition énergétique est motivée par une nécessité de modifier un modèle économique vieillissant et producteur d’externalités négatives. Elle doit donc s’appliquer dans le but de soutenir des technologies viables et non-polluantes et de s’inscrire dans une approche durable et respectueuses de l’environnement. Si la plupart des énergies actuelles restent performantes (gaz, charbon), et accessibles à bas coût, il s’agit de repenser nos modes de consommation afin de basculer vers une économie low Carbon.

Ces deux transitions semblent à première vue paradoxales dans les mécanismes qu’elles sous-tendent, notamment du fait de l’accroissement des consommations et des activités humaines, impliqué par la numérisation de l’économie et favorisant l’épuisement des ressources énergétiques. Mais si la transition énergétique est née d’un besoin urgent de repenser le modèle économique actuel, la transition numérique, par son caractère disruptif, peut permettre d’accélérer la transformation des modèles dominants. Non seulement en optimisant la consommation énergétique au travers de modèle économique repensés (des” smart cities” par exemple) mais aussi en favorisant la prise de conscience et en mobilisant le potentiel des données au service de la transition écologique.

Il existe donc un large espace de convergence autour duquel les acteurs des deux secteurs devront construire une culture commune, permettant de mettre la transition numérique au service de la transition énergétique.

Le système bancaire, au cœur du Big Data et de la révolution numérique, se voit quant à lui menacé par de nouveaux entrants dans le secteur, remettant en question les institutions historiques. Les pratiques des usagers ont également changé et deviennent de plus en plus digitales, et leurs permettent d’avoir recours à d’avantages d’informations qu’auparavant. Les améliorations en matière électronique, informatique ou de télécommunication traduisent cette transition numérique. L’omniprésence d’internet et des équipements numériques dans la société actuelle, aussi bien dans les pays développés que dans les pays en développement a permis la mise en place progressive de plateforme de services, modifiant considérablement certains secteurs. La banque, quant à elle, se doit de devenir elle aussi digitale et de répondre aux attentes naissantes des consommateurs et aux menaces des Fintechs. Le système bancaire doit profiter du Big Data pour rester compétitif et doit donc changer sa stratégie. Elle doit non seulement se diriger vers les plateformes bancaires, mais également modifier son rôle d’intermédiaire et de conseillère en proposant de nouveaux produits. La modification des stratégies bancaires seraient donc d’autant plus pertinentes si elles intégraient les enjeux environnementaux et sociétaux de la transition énergétique.

Comment les banques peuvent-elles favoriser la transition énergétique en se digitalisant ?

Concrètement, des fonds ISR ont été créés pour financer des actifs verts, et des Green loans à taux 0 ont été octroyés pour soutenir des projets concourant à la transition énergétique. Mais Le caractère à long terme des investissements verts actuellement proposées risque d’excéder les capacités d’investissement des banques car contraintes par les réglementations sur le levier financier. Ainsi de nouveaux outils doivent être mis en place tels que les obligations vertes qui font appel au marché et permettent de diversifier les sources de financement. Si le marché des green bonds est en plein essor, il ne représente à ce jour qu’1% du marché ISR global français.

L’intégration des risques environnementaux est une autre étape nécessaire des banques dans la réalisation de la transition énergétique. Des initiatives ont vu le jour dans ce domaine (cabinets de conseil spécialisés, modèles probabilistes), mais certains investisseurs sont en avance et ont déjà mis en place des modèles internes (AXA IM). Aussi à ce jour, aucune norme nationale ou européenne n’a pu établir une méthodologie stricte pour la comptabilisation de ces risques. Les principaux freins au déploiement de ces nouvelles stratégies “vertes” sont le manque d’information, la difficulté à traiter cette information et le cadre réglementaire encore trop hétérogène et peu contraignant.

La transition numérique a donc un rôle important à jouer aux côtés des banques. D’abord, grâce à son caractère disruptif, en bousculant les acteurs en place et en leur faisant prendre conscience des enjeux de la transition. A commencer par le régulateur sans qui les initiatives stratégiques des banques resteront vaines. Ensuite, en fournissant un outil de traitement de l’information en temps réel et une aide précieuse à la prise de décision en mettant le potentiel des données au service de la transition énergétique. Enfin, les modifications qu’elle permet au niveau interne des banques pourraient leur permettre de diminuer largement leur consommation énergétique.

Des outils numériques tels que la blockchain ou les crypto monnaies représentent également des opportunités non négligeables pour favoriser la digitalisation bancaire et permettre d’accélérer le financement de la transition énergétique. Cependant ces technologies encore récentes soulèvent des problématiques liées à la transition énergétique car encore trop énergivores. Des solutions d’alimentation par énergies vertes et des systèmes de récupération de chaleur doivent être mis en place pour alimenter ces types de technologies afin qu’elles permettent de faciliter la transition énergétique proprement.

La transition numérique au sein du secteur bancaire peut donc permettre d’accélérer la transition énergétique si elle est dès aujourd’hui conçue sur les prémices d’un modèle peu énergivore. La transition énergétique doit être construite sur une culture commune et une responsabilité partagée par les acteurs du secteur bancaire et du secteur numérique.

Si l’innovation technologique est appréhendée du point de vue d’un discours techno-béat, sans prendre en compte dès maintenant les enjeux climatiques, nous risquons de nous retrouver dans quelques années autour des mêmes problématiques énergétiques qui sont aujourd’hui soulevées par la transition écologique.

Mélanie PREVITALI, Master 224 Banque et Finance de l’université Paris Dauphine et membre du LAB Vertuo
Eléonor SEBBAN, Master 224 Banque et Finance de l’université Paris Dauphine et membre du LAB Vertuo
Juliette GUERIN, Consultante Senior du Cabinet Vertuo Conseil
Steven COUSIN, Consultant Senior du Cabinet Vertuo Conseil

(1) « Financer la Transition énergétique », A. Grandjean, M. Martini, Préface

Découvrez plus épisodes de la série dédiée à l’Open Banking et à la plateformisation des services financiers :

RETOUR