Project Description

Lancée le 30 Mai 2018 par la Caisse des dépôts et consignation, la ‘banque des territoires’, produit du fruit de l’épargne des ménages français, s’inscrit dans l’objectif premier de son produit phare, le livret A, grand financeur du logement social.
En annonçant une capacité financière de 20 milliards d’euros par an mis à disposition des élus locaux, ‘la banque des territoires’ vient au secours d’un développement urbain à deux vitesses..une réelle bouffée d’air pour les communes en apnée financière depuis plusieurs années.

20 milliards par an à destination des collectivités locales pour dynamiser les villes moyennes

L’ambition et la spécificité de cette nouvelle banque, outre ses fonctions classiques de conseil, est de ne financer que des projets à destination des collectivités locales en accompagnant leurs projets de rénovation et de développement urbain (accessibilité, mobilité, réhabilitation de quartiers sensibles, optimisation énergétique…). Au cœur de la politique de transformation des villes moyennes qui concentrent 25% de la population, la modernisation des réseaux et infrastructures sont essentiels à l’attractivité des collectivités.

L’objectif : favoriser leur essor économique en améliorant les conditions de vie pour y attirer les entreprises.

Eric Lombard, directeur de la Caisse des dépôts et consignation et invité de RTL, annonce clairement et fièrement l’ambition de sa ‘banque des territoires’ et lance un appel fort aux candidatures :

‘Avec 20 milliards d’euros par an, on est davantage à la recherche de projets nouveaux, les élus peuvent venir présenter leur projet.’

Cela arriva à point nommé pour les collectivités très fortement impactées par la baisse successive de leurs dotations ces dernières années (suppression de 300 millions d’euros rien que pour l’année 2017). Principale cible de cette baisse : la DETR* et la FSIL*, enveloppes justement dédiées au développement des zones moyennes et rurales.

La caisse des dépôts : une banque a part ?

Au-delà de son objectif initial d’exercer des activités d’intérêt général pour le compte de l’État, c’est un modèle de développement très spécifique qui permet aujourd’hui à la ‘banque des territoires’, sous couvert de la Caisse des dépôts et consignation, d’investir et de soutenir les ambitions des communes souvent jugées peu rentables par les autres acteurs du marché.

« Nous sommes un groupe public au service de l’intérêt général et du développement économique ».

Banque publique, la Caisse des dépôts et consignation est indépendante de l’exécutif mais reste sous la protection de l’Assemblée Nationale et du Sénat. Elle tient son essence même dans son mandat de mise en valeur et rayonnement du territoire et a donc concentré son activité sur une offre de financement de niche.

Elle propose ainsi un panel de produits financiers cousus main, adaptés aux besoins de financements, aux échéances et aux capacités de remboursement des communes.

Ces produits diffèrent du reste du marché par des exigences de seuils de rentabilité bien en deçà de ce que proposeraient les grandes banques de financement et d’investissement privées sur des projet similaires.

Investisseur historique dans le logement social de par sa mission de gestion du Fonds d’épargne des français, elle bénéficie d’un ancrage profond au cœur même du territoire et a toujours entretenu une proximité forte avec les élus locaux, émissaires privilégiés des grands projets de développement urbain.

Aujourd’hui implantée dans une trentaine de 30 villes française (métropole et outre-mer), la Caisse des dépôts et consignation puis sa banque des territoires seront sans nul doute un relais de premier choix pour les députes, maires ou élus locaux à la recherche de financement devenus inespérés.
Dans la lignée de son partenariat avec d’autres d’initiatives parallèles telles que ‘action cœur ville’, la banque des territoires s’inscrit parfaitement dans le grand débat actuel des banlieues et conforte sa mission de lutte contre la fracture territoriale.

Par Victoria BAZOGE, Senior Manager du cabinet Vertuo Conseil, membre du groupe SQUARE

RETOUR