La coupe du monde 2018 a-t-elle eu un impact négatif sur notre business au quotidien ? 2019-01-15T20:20:33+00:00

Project Description

Votre espace de travail ou celui de vos fournisseurs a-t-il ressemblé à une cathédrale abandonnée où l’on pouvait entendre son propre écho ? Certaines entreprises ont-elles été délaissées durant les matchs du mondial, en particulier lorsque l’équipe de France jouait.

Au-delà du foot-business, cette effervescence a-t-elle pu nuire au business au quotidien ? Après l’engouement face à cette belle victoire des Bleus, revenons sur l’impact des matchs durant le mondial, notamment en entreprise.

Mardi 26 Juin à 16h se jouait le match Danemark – France. Durant ce créneau, certaines activités sont restées en suspens et les équipes opérationnelles se sont retrouvées dans les espaces « Fan Zone » aménagées expressément pour l’évènement du Mondial par certaines entreprises. Sonia, cadre dans une agence de presse raconte : « Lors du match Danemark – France, impossible de joindre nos fournisseurs, il y en a même qui prétextaient une réunion durant les matchs importants. » Le sujet a d’ailleurs été abordé dans le journal télévisé de 20h du 15 juin sur TFI : un reportage était consacré aux magasins de vêtements masculins ainsi qu’aux salles de théâtre qui redoutaient un creux de leur activité.

Même la bourse abandonne les cours… et cela n’est pas la première fois que cela se produit. A Wall Street, sur les dix-sept Coupes Du Monde depuis 1950, treize affichent une performance négative, a analysé RTL dans un article paru le 26 juin 2018. Ainsi, tous les quatre ans, la bourse baisse de 2,6% car les traders, population essentiellement masculine, suivent les matchs de très près. Selon la Banque centrale européenne, dans une étude de 2010, lorsqu’une équipe joue, la bourse du pays concerné voit son nombre de transaction baisser de 45% et cette baisse continue si le pays marque un but. Pour les besoins de cet article, nous avions réalisé une enquête via LinkedIn auprès de 54 personnes dont 46% de femmes qui se disent également intéressées par la coupe du monde. Il apparaît clairement que plus de 70% des interrogés suspendent leurs activités professionnelles durant les matchs de la France ou pour les matchs importants (à partir des quarts de finale), respectivement 37% et 35% des répondants. Seuls 2% suspendent leurs activités pour tous les matchs.

Et pourtant, malgré ces chiffres, cet engouement a des effets bénéfiques, même sur les équipes opérationnelles…

Ludovic, chef de projet informatique en banque témoigne : « On avait carrément mis un écran dans le bureau et partagé un abonnement sportif pour avoir les droits de diffusion sur les 64 matchs. On a aussi acheté des chips et des boissons. Par ailleurs, Jérôme, un membre de l’équipe avait même mis en place un challenge pronostic sur Scorecast donc on était tous à fond ! ». L’équipe de Ludovic est constituée d’une vingtaine de personnes et tous y ont participé, indépendamment de leur affinité au foot, car cela a créé une cohésion très forte.

La Coupe du monde a offert un moment privilégié de partage entre les employés, mais aussi avec l’extérieur, pour faciliter l’échange. « Pour certaines activités orientées commerce, cela facilite l’échange avec le client ou le prospect, lorsqu’un match important s’est déroulé », précise Soline.

La Coupe du Monde a pour effet une baisse de productivité qui peut être quantifiée, mais à y regarder de plus près, il existe aussi un gain qualitatif significatif du fait de la cohésion de groupe qui se trouve amplifiée, d’un environnement qui favorise les échanges et qui booste la motivation de tout un chacun. Comme nous le rappelle Matthieu Nguyen, Manager Associé chez Vertuo Conseil : « Seul le foot permet de rassembler autant de personnes autour d’une même cause, au-delà des considérations de couleur, de rang social ou autre».

Alors finalement, oui votre équipe a moins travaillé durant le Mondial 2018 mais rassurez-vous, grâce à cette coupe du monde ainsi que cette victoire, ils sauront mieux travailler ensemble. Vivement le prochain mondial…

Par Prescilia CODASSE, Project Manager du cabinet Vertuo Conseil

RETOUR