Project Description

Point-Banque.fr – 22/05/2020
Bien que pouvant sembler radicale, cette révolution amorcée par la DSP2 n’est que la réitération de mutations déjà observées dans d’autres secteurs. Que nous prenions l’exemple du tourisme avec Airbnb, de la distribution avec Amazon ou du média avec Facebook… certaines industries ont d’ores et déjà bâties les fondations d’une société prête à l’avènement de l’Open Banking. Et c’est grâce à une économie en pleine digitalisation et plateformisation que le modèle d’Open Banking s’affirmera comme la nouvelle norme.
En qualité d’intermédiaire, une plateforme devient un partenaire de confiance entre les clients et les fournisseurs qui peuvent profiter de l’effet de réseau : les premiers se voient offrir un large panel de services centralisés et les deuxièmes accèdent à un grand bassin de consommateurs potentiels. L’abondance de l’un attirant l’autre, et vice versa. Une plateformisation induit une transformation des échanges entre fournisseurs, partenaires et consommateurs et implique une adaptation de tous ses acteurs pour répondre aux nouveaux usages. Aujourd’hui exploitée dans le transport (Uber), l’hôtellerie (Airbnb), les médias (Linkedin, Facebook) ou le e-commerce (Amazon, Ebay), les acteurs historiques de la banque et de l’assurance doivent maintenant se prêter à cette nouvelle logique imposée par l’Open Banking, au risque d’en être écartées.
Conséquence majeure du succès des entreprises cités ci-dessus: le comportement des consommateurs a évolué dans sa globalité. Dorénavant habitués à un accès instantané à l’information et à une expérience client extraordinaire, les consommateurs ont transféré leurs exigences de service pour les appliquer à l’ensemble des industries.
En plus de répondre aux nouvelles normes de la relation client, la transition vers l’Open Banking offre aux institutions de pouvoir capitaliser sur davantage d’exigences observées dans les habitudes de consommation. Avec la multiplication des moyens de paiement et les avancées réalisées en termes d’expérience client sur l’acte de paiement en lui-même, les consommateurs souhaitent pouvoir s’accorder la liberté du choix. Sans le moindre effort, un client doit être en mesure de régler ou de recevoir un paiement que ce soit grâce à son numéro de téléphone, que ce soit via son portefeuille de cryptomonnaies ou tout autre moyen de paiement. En tant que fournisseur de services financiers, les banques et fintechs ont évidemment un rôle important à jouer sur ce pan de l’innovation.
Autre attente sur laquelle doit s’axer cette transformation : la création d’offres ultra personnalisées. La quantité de données et les algorithmes mis à disposition des entreprises permettront un véritable regain d’énergie sur les marchés de la banque et de l’assurance. Dans un premier temps, les entreprises devront adapter leurs offres déjà existantes en les recentrant sur les réels besoins du client. La révision du catalogue est la seule façon de rester attractif, et de maintenir des parts de marché face à de nouveaux entrants toujours plus innovants et en quête féroce d’acquisition. Ensuite, les analyses individuelles et prédictives pointues offertes par l’algorithmie et l’intelligence artificielle engrangeront de nouveaux produits, plus ciblés.
Les stratégies offertes sont multiples : la création d’une plateforme hôte, la mise à disposition d’une marque blanche ou une ultra spécialisation de services… Dans tous les cas, les outils et les partenariats rendus possibles par l’Open Banking, confèrent aux banques et assurances une réelle opportunité d’accompagnement de leur clients dans tous les moments clés de leurs quotidiens.
Avec la double certitude que les technologies sont d’ores et déjà disponibles et que les habitudes de consommation sont ancrées dans les mœurs, la transformation du business models des banques et assurances traditionnelles sera très rapidement opérable et profitable.
De par leur rôle dans la société, ces industries ont toujours été au centre du développement de notre économie. Les derniers siècles en sont témoins : les banques et assurances ont toujours su profiter des révolutions industrielles et des innovations disponibles pour devenir ce qu’elles sont aujourd’hui. L’Open Banking est, et doit être perçu, comme la nouvelle opportunité pour ses mêmes entreprises, de se rapprocher des réalités individuelles des consommateurs. En plus de donner le pouvoir de redéfinir son approche client, l’Open Banking permet une telle facilité de déploiement de nouvelles solutions que les grandes institutions y verront l’occasion de s’abroger des inerties trop souvent assimilées à leurs processus d’innovation et de devenir les principaux acteurs du nouveau paysage qui est en train de se dessiner.
François DROSNET, Consultant VERTUO Conseil, Groupe SQUARE
RETOUR